La Saga du Loup Blanc

Anciennement camping de l’Océan, ouvert depuis la fin des années 70, le camping a fermé après la saison 2018.

Sensibles à son charme et son âme, Paul et Sylvie, couple cinquantenaires à la recherche d’une nouvelle aventure professionnelle, le rachètent en juillet 2021.

Paul est forestier, un grand terrain de jeu qui s’annonce pour lui ; Sylvie, bretonne, a déjà plaqué son salariat de cadre dynamique pour ouvrir une crêperie en 2013 à Grenoble : LeTreizh comptoir breton fut une belle expérience, revenir en Bretagne est une suite logique, rester dans le commerce un objectif.

Nous voilà sur cette terre vivifiante, à l’aube d’un beau projet, un projet de vie, c’est une belle histoire qui démarre et qui nous l’espérons va durer.

L’été est passé, le camping était réservé aux amis et à la famille. Tout le monde en a bien profité ; chacun a nourri le lieu et le projet de sa propre énergie ; les cerveaux se sont agités et les petites mains aussi, pour tailler dans la végétation si généreuse.  

Merci à tous. Quel beau départ pour le Loup Blanc !

Depuis septembre 2021, encore dopés par ces énergies joyeuses et bienveillantes, nous cogitons à définir le plan de développement du camping.

Au mois d’octobre Paul s’est lancé dans la gestion forestière. La ligne des cyprès du fond du jardin s’est éclaircie, avant les gros coups de vents, c’est mieux ainsi. Le bois a été tronçonné sur place ; il est stocké pour une valorisation certaine et utile; déjà de jolies rondelles sont préservées.

L’élagage des cyprès sur pieds a terminé de sculpter ce nouveau paysage ; les branchages sombres qui dérangeaient ont été broyés sur place et constituent une précieuse réserve de copeaux. Des gros tas qui sentent bon le bois et sont un fantastique terrain de jeu pour Saga, notre petite chienne berger blanc suisse qui nous a rejoint depuis la fin du mois d’août.

« Ce sera le loup blanc du camping ! », paroles en l’air, tombées un soir ou un matin encore grenoblois. On a adopté le nom pour le camping, il fallait adopter le loup, et c’est une louve qui est née pour nous…

A partir du mois de novembre ce sont les engins qui s’activent également, pour creuser et faire passer les tuyaux et les câbles, niveler pour accueillir les nouveaux chalets.

Novembre est aussi le mois magnifique et magique qui a vu apparaître de belles terrasses en cyprès autour de trois de nos mobil home vintage ! Merci à Patrick et Harvey, merci à cette famille toujours présente qui veille, aide, soutient, encourage.

Saga, la chienne du loup blanc

En décembre le camping est dans la boue… Saga notre louve blanche, n’a plus rien d’une blanche hermine; sa robe est régulièrement marron, il faut bien l’accepter… Il fait aussi un peu froid dans le mobil-home qui nous tient lieu de logement de fonction, mais l’énergie et la joie de créer nous tiennent bien vivants!

Avant de partir quelques jours de fêtes vers les Alpes retrouver la famille de Paul et nos grands enfants, nous avons à cœur d’avancer sur des plantations d’hiver et de structurer un minimum le triskell. C’est cette zone champêtre en limite nord du camping, deux champs limités par une haie dense. J’ai cru rêver le jour où j’ai découvert une nouvelle haie de 2 mètres de haut barrant le premier champ… !! Paul avait fait déterrer à la mini pelle et replanter ailleurs des linéaires entiers de haie. Quelle audace.  Et puis donc ce triskell, son cœur à délimiter, ses trois branches à tracer à partir de la plantation de trois cyprès dorés, et puis les emplacements à dessiner puis matérialiser sur le terrain. Ce projet dans le projet est le plus barré de tous. Là oui, on est un peu fous, c’est peut-être du grand n’importe quoi ; mais il faut que rêve se fasse, et impossible pour nous d’imaginer un quadrillage pour cet espace vierge.

Alors un jour peut-être, vu d’avion, on verra une espèce de triskell apparaitre sur la zone du camping, et on sera contents…

Janvier 2022

La belle année que voilà… après l’année du changement, celle du lancement. Nous sommes un peu nerveux peut-être, l’inquiétude pointe son nez parfois, le rêve est à réaliser maintenant, le temps nous rattrape, la to do list ne fait que s’allonger !

Et déjà des demandes de réservations ! ça nous fait chaud au cœur, ça nous encourage ; en même temps nous mesurons l’urgence d’avancer sur la commercialisation, le site internet, les prix, les contrats et conditions générales de vente, le logiciel de gestion…

Nous promettons des chalets, mais la date de démarrage du chantier correspondant ne fait que se décaler ! Je fais une prière ; remercie nos futurs clients pour leur confiance.

Le chantier assainissement a démarré ; une espèce de grande piscine au pied du camping a pris forme pour accueillir la future zone d’épandage. Encore des trous…

Fin janvier, le renfort arrive de nouveau avec Patrick et Harvey. Nouvelle étape, nouveaux défis, on essaie de garder le cap. De temps en temps on descend à la plage avec Saga, joli prétexte. J’adore ces moments. Patrick se baigne à chaque fois, incroyable.

Depuis début juillet les saisons passent sur le sable, la mer, le ciel; c’est presque chaque jour un spectacle magnifique, un tableau en perpétuel changement, la lumière est souvent très belle.

Nous sommes le 25 janvier et c’est la valse des camions depuis le lever du jour, soit 8H30 car il se lève toujours hyper tard. Les camions se bousculent, les chalets arrivent en pièces détachées, en plusieurs camions successifs, c’est l’embouteillage des semi-remorques… au secours. Tout doit être déchargé rapidement car la fosse septique de 15 mètres cubes arrive aussi, énorme ; ce camion stationnera sur la rue de l’Océan car le camping déborde… C’est l’excitation.

Chaque jours les engins circulent de partout ou presque. Heureusement il fait beau. Depuis 4 jours nous mangeons dehors les midis, quel plaisir. Merci.

Le soir, dans le mobil home n°2 qui nous tient lieu de cantine, ça continue de cogiter, de planifier les travaux du lendemain. Harvey a toujours plein d’idées ! Patrick monte le regard au ciel ; lui aussi a plein d’idées, d’autres idées parfois… on rigole bien quand-même.

On a décidé que les mobils home seraient comme des cabanes de pêcheurs, de toutes les couleurs ! Je suis pour, ça plait à Paul aussi. Une couleur ça fait un nom, simple et efficace.

AVRIL 2022 – Bientôt le 1er mai !

Le printemps est là, et l’ouverture aussi.

Dernière ligne droite pour vite vite vite, en faire le maximum. Tellement à faire, on aimerait tellement pouvoir en faire encore plus. Les projets, les idées, l’enthousiasme et l’énergie, rien ne manque, sauf le temps ! Mais quel bonheur de voir chaque jour le camping qui prend forme.

Les chalets sont en place et les tranchées rebouchées. Depuis fin février nous avons emménagé avec Paul dans un chalet, un peu haut perché, mais quelle vue. Au-delà du camping qui s’étoffe des feuilles et de la verdure du printemps et de ses milliers de pâquerettes, c’est la mer, les couchers de soleil ; impossible de s’en lasser.

Les chalets s’intègrent bien finalement, pas de mauvaises surprises.

Puis ce fut l’algéco d’accueil, d’abord l’extérieur, un joli bardage bois. Puis le nettoyage de l’intérieur, pour accueillir Cyrielle notre stagiaire. Puis son réaménagement, on y est presque.

Le camping s’est également équipé de sanitaires tout neufs; pas vraiment tombés du ciel malgré les apparences! Magie, émerveillement, excitation aussi!

MAI 2022 – C’est ouvert !

Nous prenons doucement la mesure de notre nouvelle activité. Les premiers clients sont passés ; tous adorables ; quelle chance. Je leur dis en plaisantant « vous êtes les meilleurs ; seuls les meilleurs arrivent jusqu’au cap Sizun, le bout du bout, le bout de la Bretagne, notre bout du monde ; merci ! »

Bien sûr il reste beaucoup à faire, mais chaque jour nous avançons ; et il faut tenir malgré la fatigue déjà; la saison ne fait que commencer !

Il a fait tellement beau, il fait toujours beau même si ces derniers jours la pluie daigne venir arroser de temps en temps notre immense jardin et les pelouses malmenées par les travaux de cet hiver ! Donc ça repousse, ouf ! Les visiteurs trouvent cela beau, ça nous encourage.

Saga notre chienne est parfois un peu trop accueillante, curieuse, joueuse ; elle va devoir apprendre à davantage garder ses distances pour respecter chacun. C’est un loup on ne peut plus gentil mais elle doit comprendre que le temps de la grande liberté dans ses 3 hectares est passé ; il reviendra.

Côté gros travaux il reste encore l’aménagement de l’aire de jeux pour petits enfants et celui du futur mini pole restauration et bar (pour les grands enfants); c’est prévu pour juin. L’urgence après toutes les mises en service des chalets et des sanitaires et la finalisation des terrasses des mobil home, et, … tellement de choses finalement, c’est aujourd’hui la mise en place de la signalétique, à l’entrée du camping, et puis à l’intérieur aussi.

Et sans relâche : nettoyage y compris peinture parfois, et jardinage de partout.

Merci, on ne dira jamais assez merci, à la famille et aux amis et aux professionnels qui sont engagés à nos côtés, physiquement et moralement : Didier (de l’entreprise de TP), tellement engagé et consciencieux, et drôle ; Elina finlandaise et incroyable, son aide si précieuse, Harvey fidèle compagnon magicien qui est de toutes nos aventures, Patrick également cet hiver, Cyrielle notre jeune stagiaire très appliquée.

Quelle aventure ! Je ne doute pas qu’elle se poursuive dans le bonheur partagé, il parait que le bonheur se travaille. Et la philosophie fait état de la joie dans la création; il me plait de penser que nous avons devant nous au moins dix années de joie ! Puissent tous les passagers du loup blanc ressentir un peu de cette joie, ainsi prendra-t-elle tout son sens.

Soyez les bienvenu(e)s à votre façon, dans la saga du loup blanc.